Couyonavirus/CONOVID19, meyeor analiste é critiq politiq dé 100 derniereXané

Ce virus é sa pańdémi peuTavańtou pasé eń Frańce, d’abor pour uń problème politiq, voar étiq é filosofiq, ou bièń moiń virulameń pour mètre eń valeor lé problème politiq de la Frañce dé 100 dernièreXané é ce, eń 5 poiń. Voayoń dońc cela.

1- D’abor si l’oń cońpare la situasioń eńtre la Frańce et l’Alemagne, la prińcipal diféreńce réside dań le fàt qe l’Alemagne n’a pa sacrifié son secteor économiq segońdàre après la 2ème ghèr mońdiale (èl l’a remońté pluto d’ailleor), du cou l’Alemagne avàT de qoa testê sa populasioń, ne seràT-ce qe par l’abitude d’avoar une concepsioń plus ińdustrièl déx choz, cońtrairemeń a la Frańce qi pourtań, dispose d’ecceleń laboratoar de recherche, réputés mońdialemeń dańZuń pài ravagé depui 40 ań par le chomage.

Ce qi prouve par ailleor qe le choa d’aprè gher de ne privilégiê qe le seol secteor tersiàr et un modèl Keynezièn n’è pa plènemeń foñcsionèl et ne devrà paZètre le seol modèl choazi é suivi dań notre pài.

2- Q’il n’iy à paZu le choa d’opter pour le cońfinemeń ao débu, lor du 1er cońfinemeń, certe, mà pourqoa par la suite eńviroń 2 semàneXaprè ne paZavoar fàTuń poiń seńsé, vu qe le virus touchà é touche préféreńsièlmeń certàne population et pa d’aotre é asouplir cèt criz économiq artificiel, créé de toute màń, politiqmeń, pour fàr eńcor soufrir plu lońteń la populasioń active frańçàze, souveń pareńtal é fàr soufrir sex eńfań é toute la jeonès françàze. Pourqoa punir léx actif, léx jeone, léx eńfań, léx pareń, fàr périclitê leorXafàr, leorXeńtrepriz, leor fàr perdre leorXeńploa, è-ce reńdre eoreu leorXeńfań de reńdre céx pareń sańZeńploa, maleoreu, é léx fàr se seńtir inutile ?

Plu largemeń, léx générasioń du baby krach é d’aprè seroń toujour minoritàre par rapor a cel du baby-boom qui de par sa majorité l’eńportera toujour, è-t-il alor juste que toujour léx mêm générasioń soa sacrifiéXao profit de l’aotre.

3- Malgré l’acharnemeń coństań du gouvèrnemeń élecsioń aprèZélecsioń é ce malgré la colorasioń déx parti politiq ao pouvoar, depui plu de 40 ań, a détruir la sécurité social, sańZaocuń moayèń, ni protecsioń, le personèl de sańté (é tou léx aotre métiê mal payé, pourtań ińdispeńsableXaosi), sacrifis aprè sacrifis, véritableXéroineXé éro de cèt criz oń cońtinué a saovê 9 malade sur dis, ao plu for de la criz, avec uń gouvernemeń leor coupań tou moyèń é ne leor eń donańTaocuń, pa même parfoa déx protecsioń de premiê secour, comm déx masq. PeuTètre qe justemeń il faodràT défeńdre notre ecsepsionèl pèrsonèl de sańté tou comm notr’ecsepsionèl sistème de sańté, pour chańgê pour une foa et se reńdre cońte qe c’è l’âme mèm de notre pài, de notre nasioń et de notre culture.

5- Etiq é filozofi, pour qe ça voux soa moiń dur, je và preńdre moń egzeńple. Je sui vivañ, je le sà. Ce fäzań, je sui mortèl, je le sà. Uń jour, é je ne sà qań, je mourrà, je le sà. Ca ne me fàT pa plàzir, mà c’èTune certitude et je n’à pa le choa. Mà je n’à aocune certitude qant ao momeń ou la caoz, si mèm il doaTil y eń avoar une de plus qe le fait d’avoar vécu. Eń tań q’ètre umàń, je me sàńZètre uń animal, uń mamifèr é, ce-fäzań fàre parti de l’éta de natur. Alor si demàń, je doa mourir, je mourrà. É noux devoń tous mourir. É c’è le propre dań la natur, q’uń virus tue léx personeXagé é léx pèrsone malade, mème si c’è triste, sachań qe touTè fà pour eñ saovê le maksimom. D’ailleor qań le virus de la gripe tue les personnes très agées à la chàne, ça ne choq persone, c’è vrà lui ne sature pas les réanimasioń. È-t-il normal q’il iy àTuń tèl tabou sur la mor ? È-t-il normal d’oubliê àńsi sa vrà natur profoñde : mortel, animal et dépeńdańte de l’état de natur ? È-t-il normal d’ètre si paranoiaq a propo de la nature, de la mor ou mèm de la certitude et de la normalité du cour déx choz ? Arétê l’économi et s’arétê de vivre pour saover les moriboń déjà en tràń de mourir et qi doave mourir nécesàremeńTuń jour è-t-il si señsé ?

Q’èTil pluZińportań : vivre lońteń dańZune criz économiq ? Vivre eoreo mèm ne serà-ce qe peu de teń ou q’uń teń sosial déterminé ? Qèl è le but d’une société : nouZasuré de vivre le plu lońteń posible qoa q’il eń coute ou bièn nouZasuré de vivre eoreo uń teń déterminé ? La qestioñ ne devrà-t-el pa se pozê ? É si nou devioń choazir qe choazirioń-nou ?

Qèl è notre but pour demàń : vivre dańZuń mèilleor mońde ? Coństruir une meilleor société ou noń ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.