Du français à l’ortogrévsinte

Par et depuis les graphèmes principaux du français

sans compter les lettres finales non prononcées.

Format : graphème de la graphie actuelle /prononciation en alphabet phonétique international/, exemple → ortogrévsinte

Seules les prononciations les plus courantes sont indiquées et ce, sauf mots d’origines étrangères ou toponymes.             Les commentaires sont d’abord indiqués en ortogrévsinte, puis la traduction est donnée entre parenthèse pour les phrases longues)

  • a, /a/, a (elle a) → a
    • ai, /ɛ/, haie → à
    • ai, /ə/, faisant → ä
    • ain, aim,/ɛ̃/, daim → àɴ
    • an, am, /ɑ̃/, banc → aɴ
    • au → o, ô ou ao si bezoiɴ de gardeʀ uɴ lièɴ avec déx mox de la mème famií eɴ a, comm aotre avec alter-eɢo, altéreʀ, alterneʀ (o, ô ou ao si besoin de garder un lien avec des mots de la même famille en a comme autre avec alter-ego, altérer, alterner)
  • b, /b/, bas → b, si pronoɴsé comm p comm daɴZ « absolu, absence », reɴplasé par p (b si prononcé comme p comme dans absolu, absence, remplacé par p)
  • c, /k/, /s/, cas → c devaɴT a, o , et u, (c devant a, o, u)
  •                        → s devaɴT e, i et y (s devant e, i et y)
  • ch, /ʃ/, chat → h
  • ch /k/, chaos → c, k, q par ordre de préféreɴse (par ordre de préférence)
  • d, /d/, dé → d

     

Le e est la lettre la plus complexe car portant et intervenant dans de nombreux phonèmes différents. Déjà, voyons les 4 principaux ci-dessous :

  • (1) /ə/, /œ/ → e

  • (2) et (3) /e/, /ɛ/ → e, é, è, détaí si-desouZ (détail ci-dessous)

  • (4) /a/, femme, notamment → a

    • é, /e/, et → é, eɢ , eʀ, ez, coɴjoɴcsioɴ de coordinasioɴ et. DaɴZ le doute, métez uɴ acseɴT (é, eɢ , eʀ, ez, conjonction de coordination et. Dans le doute, mettez un accent)

    • è, /ɛ/, est → è, ec, daɴZ le doute, métez uɴ acseɴT (è, ec, dans le doute, mettez un accent)

Les composés

    • eau → si posible comm « au », si bezoiɴ de gardeʀ uɴ lièɴ de famií avec déx mox eɴ -el/-elle, il èT noté ‘o comm nouv’o, rat’o (si possible comme « au », si besoin de garder un lien de famille avec des mots en -el/-elle, il est noté ‘o, comme « nouv’o, rat’o »)

    • ei, /ɛ/ → è ein, eim, /ɛ̃/ → iɴ, si posible, sinoɴ èɴ en, em, /ɛ̃/, /ɑ̃/, bien, dent → èɴ, eɴ

    • eu, /ø/, /œ/, deux, odeur → eu comm /ø/ daɴZ deuX

    •                                             → eo comm /œ/ daɴZ odeor

  • f, /f/, fa → f

  • g, /g/, /ʒ/, cage, géo- → g devaɴT e, i et y et ɢ devaɴT a, o et u

    • gn /ŋ/, gnagnagna → ñ

  • h, → pour noteʀ l’apseɴse de liàzoɴ oɴ plase uɴ poiɴT-virɢule devaɴT le moT saɴZ espase insécable (pour noter l’absence de liaison on place un « ; » devant le mot sans espaces insécables) : déx ;aricox (des haricots), déx ;érisoɴ (des hérissons)

  • i, /i/, /j/, idée, iode → i

    • il, ille, /j/, ail, bille → í, éveɴtuèlmeɴT y

    • in, im, /ɛ̃/ → iɴ j, /ʒ/, je → j. ÉveɴtuèlmeɴT, màZ raremeɴT g, le j originel èT a priori màɴtenu sof caZ particulieʀ (éventuellement, mais rarement g, le j orignel est a priori maintenu sauf cas, particulier)

  • k, /k/, koala → k kh, /k/, khan → k

  • l, /l/, la → l

    • ll → cf il, ille

  • m, /m/, ma → m (sof pour léx nazales : « am, em, im, om, etc. »)

  • n, /n/, nez → n (sof pour léx nazales : « an, en, in, on, un_yn »)

  • o, /o/, /ɔ/, /w/, /ɔ̃/ → o, ô note et force le /o/ (« au »), si besoiɴ èT

    • œ /e/, /ø/, /œ/, nœud, œil → reɴplasé par e, é qaɴT pronoɴsé diférameɴT de /ø/, /œ/, nœud, œil

    •                                             → pour eu, /ø/, noeud

    •                                             → pour /œ/, coeur, si posible eo, si sela poze troP de problème ö, comm cör (coeur)

    • oi, /wa/, oie → oa

    • on, om, /ɔ̃/, ombre → oɴ ou, /u/,

    • ou → ou

  • p, /p/, pas → p

    • ph, /f/, phasme → f

  • q, /k/, que → q, saɴZ u toutefoaZ, et léX finaleX en -que soɴT abrégé-x-eɴ -q comm coq et « cinq »(sans u toutefois, et les finales en -que sont abrégées en-q comme coq et cinq).

  • r, /ʁ/, rat → r, sof la finale -er qi fàT /é/ comm daɴZ « et », èl èT noté eʀ (sauf la finale -er qui fait /é/ comme dans « et », elle est notée eʀ).

  • s, /s/, /z/, sa, osé → s pour /s/, de plus s reɴplase touS léx c et t prononsé /s/, et z a la plase de s eɴ pozisioɴ iɴtervocaliq (s pour /s/, de plus s remplace tous les c et t prononcés /s/, et z à la place de s en position intervocalique)

  • t, /t/, ta et /s/ dans -tion, → t pour /t/ et -sioɴ pour « -tion » et aotre eɴploa de t comm /s/

    • th, /t/, thalassa → t

  • u, /y/, /ɔ/, /w/ → u comm u /y/ et o a la plas de u daɴZ léx finale érité du latiɴ en -um comm « album », ou comm w, notameɴT daɴZ la suite qu comm « aquarium » : aqoariom

    • un,um, /œ̃/, un → uɴ

    • ui, /ɥi/, buis → ui

  • v, /v/, va → v

  • w, /v/, /w/, wagon, wapiti → v pour le soɴ /v/ comm daɴZ « wagon », w pour le soɴ /w/ wombat, wapitix

  • x → reɴplasé par ecs ou eɢz, il èT seolemeɴT utilizé pour noteʀ le pluriel, noɴ eɴteɴdu ou pronoɴsé comm z /z/ eɴ cas de liàzoɴ (remplacé par ecs ou eɢz, il est seulement utilisé pour noter le pluriel, non entendu ou prononcé comme z /z/ en cas de liaison)

  • y, /i/, /j/ → /i/, noté par i, /j/ noté par y (éveɴtuèlmeɴT par í)

  • z, /z/, zéro → z, reɴplase touS léx s qi foɴT /z/ comm daɴZ « osé » (remplace tous les s qui font /z/, comme dans osé)

Aotre :

Léx voayel nazalisé, noté voayel+ɴ, peoveT supstitueʀ uɴ м (« cyrillique ») au ɴ, afiɴ de gardeʀ le lièɴ eɴtre uɴ moT et sa famií. Je n’à reɴcoɴtré le caZ qe pour le moT noм afiɴ de gardeʀ le lièɴ avec nominal, nomeʀ, etc.

Eɴ caZ de doute eɴtre léx soɴ « é, et » /e/ et « è, est, ai » /ɛ/, oɴ peuT eɴploayeʀ uɴ acseɴT sircoɴflecs. Selui-si moɴtre q’il iy a une iɴtonasioɴ sur se e, saɴZ bièɴ savoar si sèt iɴtonasioɴ est é ou è.

Pour léX lètre finaleX et leorx liàzoɴ, s’èT a dir le fàT de léx eɴteɴdre de manière iɴtermiteɴte, toutes léx lètre finale sof le pluriel qu’elx soaT eɴteɴdu-x-eɴ liàzoɴ ou noɴ, soɴT noté eɴ majuscule, làsaɴT àɴsi le libre hoaZ ao lecteor de faire ou noɴ la liàzoɴ, comm s’èT le caZ actuelmeɴT. Seol coɴtràɴte il ne faot eɴ noteʀ q’une seole, se qi iɴpliqe uɴ reɴplasmeɴT de sèt lètre final majuscule ao siɴɢulieʀ par le x ao pluriel comm : uɴ marhaɴT -> déx marhaɴx.

Seol léx déterminaɴx et léx pronoм personel sujet pluriel porteT sistématiqmeɴT le pluriel. Eɴ ortogrévsiɴte, noɴbre d’acorx ne soɴT paZ écriT, puisqe noɴ eɴteɴdu.

Léx rèɢle du pluriel feroɴT l’objèT d’uɴ biíèT spécial. A savoar donc : léx, déx, elx, ilx, noux, voux, séx, eux, seux, méx, téx, nox, vox, leorx (màZ leor eɢziste osi) et la flecsioɴ de coɴjuɢàzoɴ en -oɴx.

Ecsepsioɴ :

  • ou, et, oui (et certàɴ mox coɴprenaɴT oui comm ouistiti_ et certains mots comprenant oui comme ouistiti)

  • « monsieur, messieurs, mesdames » peoveT ètre coɴservé tel-qel ou ré-ortoɢrafié : meosieu, mésieux, médamex. ( peuvent être conservés tel-quel ou réortografié 🙂

Variaɴte :

Le s peuT ne paZ reɴplaseʀ léx lètre c et t qaɴT ilx foɴT « ss », màz :

  • le ç peut reɴplaseʀ le c daZ se caZ et éventuelmeɴT le t

  • voire même le ḉ peut reɴplaseʀ le t daZ se caZ. La forme de sèt lètre rapelaT sel du t.

Eɴ lieu et plas d’uɴ -e final qi parfoiZ peuT prêter a coɴfuzioɴ, oɴ préfère le redoublemeɴT de la consonne, àɴsi oɴ préfère comm à come.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.