Limites et l’ORTOGREVSINTE 2.0 (avec des exemples)

Je pensais suite à cet essai être arrivé à mon but.

Ceci dit, j’en conviens, la limite : non directement tapable au clavier est gênante. De même effectivement cette méthode implique d’ajouter pas mal de majuscules en fin de mots pour un nombre de liaison assez faibles. Même si je trouve cette solution intéressante et maligne. A force d’essai, je suis donc arriver à une nouvelle version.

Je mettrais, ici, l’article en lien avec le détail.

En reprenant quelques-uns de mes textes exemples, voici ce que ça donne :

Chapitre VIII du Quart Livre de François Rabelais

Soudàñ, je ne sà comeñ, le ca fu subi, je n’u loazir de le coñsidérê. Panurge sañZaotre dir jète eñ plène mer soñ moutoñ criyañTé bèlañ. TouS léXaotre moutoñ criyañTé bêlañ eñ parèy iñtonasioñ comeñsèr a se jetéRé sotéReñ mer aprèZa la fil. La foul étàTa qi le premié soterà aprè soñ coñpagnoñ.

  • 0- premier paragraphe de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789

Désaccord sur les majuscules selon les sources Légifrance, L’élysée ou le tableau de de Le Barbier de 1789 : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789

Léx reprézeñtañ du people Frañçà, coñstitué-x-eñ aseñblé nasional, coñsidérañ qe l’ignorañce, l’oubli ou le mépri déx droa de l’omm soñ léx seol coze déx maleor publicXé de la corupsioñ déx gouvernemeñ, oñ rézolu d’ecspozê, dañZune déclarasioñ solanel, léx droa naturel, inaliénableXé sacré de l’omm, afiñ qe sèt Déclarasioñ, coñstameñT prézeñte à touS léx meñbre du cor social, leor rapèle sañZ cèss leorx droaXé leorx devoar ; afiñ qe léXacte du pouvoar législatif, et ceux du pouvoar egzécutif, pouvañTètre a chaq iñstañ coñparé-x-avec le but de toute iñstitusioñ politiq, eñ soa plus respecté ; afiñ qe léx réclamasioñ déx citoayèñ, fondé dézormà sur déx priñsipe siñpleXé iñcoñtestable, tourne toujourZao màñtièñ de la Coñstitusioñ é ao boneor de tous.

  • 1- Dictée de Mérimée

Pour parlê sañZañbiguité, ce dinêRa Sàñt-Adrèss, prèZ du Havre, malgré léXéfluve eñbomé de la mer, malgré léx viñ de trè boñ cru, léx cuiso de vao et léx cuiso de chevreoil prodighé par l’añfitriyoñ, fuTuñ vrà ghépiê.

Qèlq soa, et qèlq’egzigu q’è pu paràtre, a coté de la somm du, léXare q’étà señsé-x-avoar doné la doàrièr et le margiyê, il étàTiñfame d’eñ vouloar pour cela a céx fuziliê jumoXé mal bati, et de leor iñfligêRune raclé, alor q’ilx ne soñjà1 q’a preñdre déx rafràchisemeñXavec leorx coreligionàre.

Qoaq’il eñ soa, c’èt bièñ a tor qe la doàrièr, par uñ coñtreseñs egzorbitañ, s’è làsé eñtrànêRa preñdre uñ rato et q’èl s’è cru obligé de frapê l’égzijañ marghiyer sur soñ omoplate vièyi. Deux alvéole fur brizé ; une diseñteri se déclara suivi d’une ftizi, et l’iñbésilité du maleureu s’acru.

— Par sàñt Martiñ ! qèl émoragi ! s’écriya ce bélitre.

A cèt événemeñ, sèzisañT soñ goupiyoñ, ridicul ecsédeñ de bagage, il la poursuivi dañ l’églize toute eñtière.

La version à taper de cette version peut être la même ou bien on peut simplifier le ñ pour aller plus vite, des divers essais que j’ai fait, le tilde après voyelle comme a~, ou bien l’accent circonflexe après voyelle : a^ou le chiffre 1 : a1 sont pas mal.

1Comme tout les verbes en g : sonjê, selon les règles de l’ortogrévsinte 2.0.