qelq-z-arcaisme é nouv’o tecste egzenple

Réçamen, je lizà Robinson Cruzoé a ma bel-fií (la fií de ma copine), du cou, j’à un nouv’o tecste egzenple a voux propozê, car ça m’a doné envi de me remètre a l’ortogrévsinte. Màx avan ça, je me sui rendu conte q’il iy aorà qelq tolérance ortografiq sur certàn poin permétan de conservê qelq « archaïsme » de l’ortograf précédente.

  • OY : /waj/ noyê, logiqemen ce digrafe devrà s’écrir oay en ortogrévsinte, màx on peu gardê oy, si on le souhàte.
  • GH : /g/ devan e, i et y devrà s’écrir gh en ortogrévsinte pour se raprochê de l’écriture italiène, màx l’écriture gu è toléré.
  • H : devrà disparàtre sistématiqemen, sof pour les h aspiré qi enpèche léx liàzon, màx danx certàn ca(x) entre deux voyel par clarté, on peu le màntenir comm danx apréhendê par egzenple.
  • Léx mo-z-invariable comm : « mais, dans », etc. é certàne final : -aox, -eux peuve gardê ou prendre un x final (souven à la place d’un s final).
  • Ceci en plus déx double consone final : omm, comm, princess.
  • De plus afin de distinghê léx ancièn -er finaox en /e/, notamen déx verbe du 1ê groupe, j’enploi l’accen circonflecs comm s’il combinà un accen aigu é un r dan sa grafi (màx ça reste facultatif).

Ci-desou deux paragraf de Robinson Cruzoé (Daniel Defoe)

Robinson Cruzoé

Daniel Defoe

Chapitre 11

Seol reste de l’éqipage

Rièn ne sorà retracé qel étà la confuzion de méx pensé lorsq j’alà ao fon de l’o. Qoaqe je nageass trèx bièn, il me fu-t-inposible de me délivré déx flo pour prendre respiracion. La vag, m’àyan porté ou pluto-t-enporté à distance verx le rivage, é s’étant étalé é retiré me làsa presq a sec, màx a demi étoufé par l’o qe j’avà-z-avalé. Me voyan plus prèx de la ter ferme qe je m’y étà-z-atendu, j’u asez de prézence d’espri-z-é de force pour me dresé sur méx pié, é m’éforcé de gagné le rivage, avan q’une aotre vag revin(-t-)é m’enleva. Màx je senti biènto qe c’étà-t-inposible, car je vi la mer s’avancé dérière moa furieuz é osi aote q’une grande montagne. Je n’avà ni le moyèn, ni la force de conbatre cet ènemi ; ma seol ressource étà de retenir mon alène, é de m’élevé ao-desux de l’o, é en surnagean-t-ànsi de prézervé ma respiracion, é de voghé verx la côte, s’il m’étà posible. J’apréhendà, par desux tou qe le flo, aprè m’avoar transporté, en venan, verx le rivage, ne me rejeta danx la mer en s’en retournan.

La vag qi revin verx moa m’enseveli tou-d’un-cou, danx sa propre mass, à la profondeor de vin-t-ou trente pié ; je me sentà-z-enporté avec une violence é une rapidité ecstrème à une grande vitess du côté de la ter. Je retenà mon soufle, é je nageà de toute méx force. Màx j’étà prèx d’étoufé, fôte de respiracion, qan je me senti remonté, é qan-t-a mon gran soulagemen ma tète é méx màn percère-t-ao-desux de l’o. Il me fu-t-inposible de me màntenir ànsi plus de deux segonde, cependan cela me fi-t-un bièn ecstrème, en me redonan de l’àr é du courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.