Textes exemples

Vous trouverez ci-dessous quelques textes exemples.

Extrait des moutons de Panurge

Chapitre VIII du Quart Livre de François Rabelais

Soudàɴ, je ne sàZ comeɴT, le caZ fuT subiT, je n’uZ loazir de le coɴsidéreʀ. Panurge saɴZ aotre hoze dir jète eɴ plène mer soɴ moutoɴ criíaɴT et bêlaɴT. TouS léx aotre moutoɴ criíaɴT et bêlaɴT eɴ parèí iɴtonasioɴ comeɴsèrT a se jeteʀ et soteʀ eɴ mer aprèZ a la fil. La foul étàT a qi le premieʀ soteràT aprèZ soɴ coɴpañoɴ.

Parce qu’à orthographier le français comme nous le faisons actuellement, nous sommes un peu toutes et tous des moutons de Panurge.

0- premier paragraphe de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789

Désaccord sur les majuscules selon les sources Légifrance, L’élysée ou le tableau de de Le Barbier de 1789 : Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789

Léx reprézeɴtaɴx du people FraɴsàZ, coɴstitué-x-eɴ aseɴblé nasional, coɴsidéraɴT qe l’iñoraɴse, l’oubli ou le mépriZ déx droax de l’omm soɴT léx seol coze déX maleor publicX et de la corupsioɴ déx ɢouvernemeɴx, oɴT rézolu d’ecspozeʀ, daɴZ une déclarasioɴ solanèl, léX droax naturel, inaliénableX et sacré de l’omm, afiɴ qe sèt Déclarasioɴ, coɴstameɴT prézeɴte à touS léx meɴbre du corZ sosial, leor rapèle saɴZ sèss leorx droax et leorx devoar ; afiɴ qe léx acte du pouvoar législatif, et seux du pouvoar eɢzécutif, pouvaɴT ètre a haq iɴstaɴT coɴparé-x-avec le but de toute iɴstitusioɴ politiq, eɴ soaT plus respecté ; afiɴ qe léx réclamasioɴ déx sitoayèɴ, fondé dézormàZ sur déX priɴsipe siɴpleX et iɴcoɴtestable, tourneT toujourZ ao màɴtièɴ de la Coɴstitusioɴ et ao boneor de tous.

1- La Dictée de Mérimée

Pour parleʀ saɴZ aɴbiɢuité, se dineʀ a Sàɴt-Adrèss, prèZ du Havre, malɢré léX éfluveX eɴbomé de la mèr, malɢré léx viɴ de trèZ boɴ cru, léx cuiso de vao et léx cuisox de hevreí prodiɢé par l’aɴfitriíoɴ, fuT uɴ vrà ɢêpieʀ.

Qèlq soaT, et qèlq’eɢziɢu q’èT pu paràtre, a coté de la somm du, léx are q’étàτ

seɴsé-x-avoar doné la doàrièr et le marɢiíeʀ, il étàT iɴfame d’eɴ vouloar pour sela a séX fuzilieʀ jumoX et mal bati, et de leor iɴfligeʀ une raclé, alor q’ilx ne soɴgàT1 q’a preɴdre déx rafràhisemeɴx avec leorx coreligionàre.

Qoaq’il eɴ soaT, s’èt bièɴ a torT qe la doàrièr, par uɴ coɴtreseɴs eɢzorbitaɴT, s’èτ làsé eɴtràneʀ a preɴdre uɴ rato et q’èl s’èT cru obligé de frapeʀ l’éɢzigaɴT marɢiíer sur soɴ omoplate vièíi. Deux alvéole furT brizé ; une diseɴteri se déclara suivi d’une ftizi, et l’iɴbésilité du maleureuZ s’acruT.

— Par sàɴt Martiɴ ! qèl émoragi ! s’écriía ce bélitre.

A sèt événemeɴT, sèzisaɴT soɴ ɢoupiíoɴ, ridicul ecsédeɴT de baɢage, il la poursuiviT daɴZ l’éɢlize toute eɴtière.

2 « Pétition des marchands de chandelles » de Frédéric Bastiat, 1845

(uniquement le début)

Pétisioɴ déx fabriqaɴx de haɴdèl, bougi, laɴpe, haɴdelieʀ, réverber, mouhèt, étèñoar, et déx producteor de suif, uile, rézine, alcol, et généralemeɴT de touτ se qi coɴserne l’éclàrage

A MM. léx Meɴbre de la Haɴbre déx Député

« Mésieux, »

« Voux ètex daɴZ la bone voa. Voux repousez léX téoriX apstràte ; l’aboɴdaɴse, le boɴ marhé voux touhe peu. Voux voux préocupez surtouT du sorT du producteor. Voux le voulez afraɴhir de la coɴcureɴse ecstérieor, eɴ uɴ moT, voux voulez réserveʀ le marhé nasional ao travaí nasional. »

« Noux venoɴx voux ofrir une admirable ocazioɴ d’apliqeʀ votre… comeɴT diroɴx-noux ? votre téori ? noɴ, rièɴ n’èT pluZ troɴpeor qe la téori ; votre doctrine ? votre sistème ? votre priɴsipe ? màZ voux n’àmez paZ léx doctrine, voux avez oreor déx sistème, et, qaɴT aox priɴsipe, voux déclarez q’il n’iy eɴ a paZ eɴ économi sosial; noux diroɴx doɴc votre pratiq, votre pratiq saɴZ téori et saɴZ priɴsipe.

Noux subisoɴx l’iɴtolérable coɴcureɴse d’uɴ rival étraɴgeʀ plasé, a se q’il paràT, daɴZ déx coɴdisioɴ tèlmeɴτ supérieor-x-aox notre, pour la producsioɴ de la lumière, q’il eɴ inoɴde notre marhé nasional a uɴ priZ fabuleuzemeɴT réduiT; car, ositoT q’il se moɴtre, notre veɴte sèss, touS léx coɴsomateor s’adressT a lui, et une braɴhe d’iɴdustri fraɴsàze, doɴT léx ramificasioɴ soɴT inoɴbrable, est toutacouP frapé de la staɢnasioɴ la plus coɴplète. se rival, qi n’èT aotre qe le soleí, noux fàT une ɢer si aharné, qe noux soupsonoɴx q’il noux èT susité par la perfide Albioɴ (bone diplomaƫi par léx teɴx qi courT !), d’otaɴT q’il a pour sèt ile orɢeíeuz déx ménagemeɴx doɴT il se dispeɴse eɴverZ noux.

[…] »

3- De la Terre à la Lune, Jules Verne, Chapitre I

(uniquement le début)

Chapitre I

LE « GUN »-CLEOB.

PeɴdaɴT la ɢer fédéral déx États-Unis, uɴ nouv’o cleob trèZ iɴflueɴT s’établiT daɴZ la vil de Baltimore, eɴ plèɴ Maryland. Oɴ sàT avec qèl énergi l’iɴstiɴT militàr se dévelopa hez se people d’armateor, de marhaɴX et de mécanisièɴ. De siɴple néɢosiaɴx eɴjaɴbèrT leor coɴtoar pour s’iɴprovizeʀ capitàne, colonel, généraox, saɴZ avoar pasé par léx écol d’aplicasioɴ de West-Point ; ilx éɢalèrT bièɴtoT daɴZ « L’arT de la ɢer » leorx colèɢ du vieuZ coɴtineɴT, et comm eux ilx reɴportèrT déX victoarX a forse de prodiɢeʀ léx boulèx, léX milioɴX et léx omm.

MàZ eɴ qoa léx Américàɴ surpassèrT siɴɢulièremeɴT léx Européeɴ ? se fuT daɴZ la sieɴse de la balistiq. Noɴ qe leorX armeX atèñisT uɴ pluS ;aoT deɢré de perfecsioɴ, màZ èlx ofrirT déX dimeɴsioɴX inuzité, et urT par coɴséqeɴT déX portéX iɴconu jusq’alorZ. Eɴ fàt de tir razaɴT, plongaɴT ou de plèɴ foèT, de feu d’éharpe, d’eɴfilade ou de reverZ, léx Aɴɢlàx, léx Fraɴsàx, léx Prusièɴ, n’oɴT pluZ rièɴ a apreɴdre ; màZ leorx canoɴ, leorx obuzieʀ, leorx mortieʀ ne soɴT qe déx pistolèx de pohe aoprèZ déX formidableX eɴgiɴ de l’artiíeri américàne.

Sesi ne doaT étoneʀ persone. Léx Yankees, séx premieʀ mécanisièɴ du moɴde, soɴT iɴgénieor, come léx Italièɴ soɴτ muzisièɴ et léx Alemaɴx métafizisièɴ, — de nàsaɴse. Rièɴ de pluS naturel, dèlorZ qe de léx voar aporteʀ daɴZ la sièɴse de la balistiq leor odasieuze iɴgéniozité. De la séx canoɴ giɢaɴtesq bocouP moiɴZ util qe léX mahineX a coudre, màZ osi étonaɴT-x-et eɴcor plus admiré. Oɴ conàT eɴ se geɴre léx merveí de Parrott, de Dahlgreen, de Rodman. Léx Armstrong, léx Palliser et léx Treuille de Beaulieu n’urT pluS q’a s’iɴclineʀ devaɴT leorx rivaox d’outre-mer.

Doɴc, peɴdaɴT sèt térible lute déX NordisteX et déx Sudiste, léx artiíeor tiɴrT le ;aoT du pavé ; léx journaox de l’Unioɴ célébràT leorx iɴveɴsioɴ avec eɴtouziasme, et il n’étàT si miɴse marhaɴT, si na’if « booby », qi ne se casaT jour et nuiT la tète à calculeʀ déX trajectoarX iɴseɴsé.

Or, qaɴT uɴ Américàɴ a une idé, il herhe uɴ seɢoɴT Américàɴ qi la partage. SoɴT-ilŝ troaZ, ilx élizeT uɴ prézideɴT et deux secrétàre. Qatre, ilx nomeT uɴ arhiviste, et le buro foɴcsione. siɴq, ilx se coɴvoqeT eɴ aseɴblé général, et le cleob èT coɴstitué. Àɴsi ariva-t-il a Baltimore. Le premieʀ qi iɴveɴta uɴ nouv’o canoɴ s’asosia avec le premieʀ qi le foɴdiT et le premieʀ qi le fora. Tel fuT le noayo du Gun-Cleob. Uɴ moaZ aprèZ sa formasioɴ, il coɴPtàT diz-uiT-ceɴT-treɴte-troaZ meɴbreX éfectifX et treɴte-mil-ciɴQ-ceɴτ-soasaɴte-qiɴze meɴbre corespoɴdaɴx.

Une coɴdisioɴ sinéqoanone étàT iɴpozé a toute persone qi voulàT eɴtreʀ daɴZ l’asosiasioɴ, la coɴdisioɴ d’avoar imaginé ou, toutomoiɴZ, perfecsioné uɴ canoɴ ; a défaoT de canoɴ, une arme a feu qelcoɴq. MàZ, pour touT dir, léx iɴveɴteor de revolverx a qiɴze coux, de carabine pivotaɴte ou de sabre-pistolèx ne jouisàT paZ d’une ɢraɴde coɴsidérasioɴ. Léx artiíeor léx primàT eɴ toute circoɴstaɴse.

« L’estime q’ilx obtièneT, diT uɴ jour uɴ déx pluS savaɴx orateor du Gun-Cleob, èT proporsionèl « aox mase » de leor canoɴ, et « eɴ ràzoɴ direct du caré déX distaɴseX » atèɴte par leorx projectil ! »

Uɴ peu plus, s’étàT la loa de Newton sur la ɢravitasioɴ universèl traɴsporté daɴZ l’ordre moral.

Le « Gun-Cleob » foɴdé, oɴ se fiɢure àzémeɴT se qe produiziT eɴ se geɴre le géni iɴveɴtif déx Américàɴ. Léx eɴgiɴ de ɢer prireT déx proporsioɴ colosal, et léX projectilX alèreT, aodela déx limite permize, coupeʀ eɴ deux léX promeneorX inofeɴsif. Toute séx iɴveɴsioɴ làsèrT loiɴ dérière léX timideX iɴstrumeɴx de l’artiíeri européène. Q’oɴ eɴ juge par léx hifre suivaɴx.

1Comme tout les verbes en g : songeʀ, selon les règles de l’ortogrévsinte mais par peur d’induire un doute à cause de la graphie actuelle sonjeʀ est toléré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.